J’ai eu peur.  Durant des années… Peur d’un avenir incertain, peur  de perdre ce que j’avais, peur de ne pas réaliser mes rêves,… Quand j’ai décidé de partir à l’aventure à l’autre bout du monde, J’ai encore eu peur en réalisant que ce rêve devenait réalité, en réalisant que j’avais véritablement tout lâché ! J’ai eu peur en faisant mes derniers baisers, j’ai eu peur en montant dans l’avion.

Mais du moment où j’ai atterri, je me suis émerveillée, j’ai redécouvert la vie!

Depuis plus de 5 mois, je n’ai plus peur… Et je savoure chaque jour plus intensément que le précédent !

Je vous souhaite à tous de dépasser vos peurs et, à votre manière, de réaliser vos rêves. Parce que le changement et l’inconnu peuvent sembler effrayant, mais c’est pour enfin vivre pleinement! Et tout le monde mérite de connaitre ça. N’ayez plus peur, laissez-vous vivre.

Ce texte, je l’ai écris il y a presque un an, mais il est toujours d’actualité !

Je m’appelle Cynthia, j’ai 29 ans et j’aimerais partager avec vous mon rêve devenu réalité. Je suis issue d’une famille de classe moyenne, j’ai eu une éducation traditionnelle. J’ai vécu jusqu’à mes 25 ans à Waterloo. Après avoir terminé un bachelier en dessin à l’Académie des Beaux-Arts de Bruxelles, ainsi qu’un autre bachelier en dessin d’architecture à E.S.A. Saint-Luc de Bruxelles, j’ai vécu pendant 3 ans sur Arlon tout en travaillant au Luxembourg. Ces 3 années ont été merveilleuses. J’ai eu l’occasion de rencontrer de nombreuses et belles personnes, j’ai vécu dans un bel appartement et ensuite dans une magnifique maison. Je n’ai jamais manqué de rien et je n’avais aucune raison de me plaindre de ma vie. Cependant, j’ai toujours aimé le changement ! Après plusieurs mois de travail, j’ai pu m’offrir mon premier voyage backpackers à Bali, en Indonésie. Et j’en suis revenue complètement transformée. Une nouvelle soif de découverte et d’aventure s’est emparée de moi. L’envie également de vivre une vie plus simple et plus autonome, hors de l’influence de la société capitaliste dans laquelle on vit.

Je me suis fait la promesse de réaliser un tour du monde au plus tard pour mes 30 ans.

C’est ma compagne de route, avec qui j’étais à Bali, qui m’a donné l’opportunité de me lancer dans cette grande aventure. Sans elle, je n’aurai jamais franchi le pas et je serais encore coincée dans mon quotidien. On s’est donné un an pour économiser et tout planifier. L’idée est simple: 3 ans, 3 continents: Asie, Afrique, Amérique latine.

J’ai quitté mon travail, résigné le bail de ma maison, dit au revoir à ma famille, mes amis… Le 16 septembre 2014, une nouvelle vie commençait pour nous. Choc pour choc, on démarre avec le nord de l’Inde, travaillant pendant une dizaine de jours dans une ferme, pour se rendre ensuite au Népal pendant deux semaines et faire du volontariat dans un orphelinat. Retour ensuite en Inde du sud cette fois, après un long mais incroyable voyage en train. Au lieu de rester les 4 jours initialement prévu, on reste bloquée un mois dans un petit village de tailleurs de pierres en bord de mer. On profitera tout de même de la proximité pour se rendre à Auroville, ville utopique my(s)thique située entre Chennai et Pondichéry.

Ensuite pendant 2 mois on vadrouillera à travers la Thaïlande, alliant tourisme et volontariat avant de se rendre au Cambodge et découvrir la magnificence des temples d’Angkor! Mais également partager la vie communautaire d’un orphelinat en périphérie de Phnom Pehn. On se rend également au Laos, qui nous en donne plein la vue, pour ensuite découvrir la folie du Vietnam et ses paysages à couper le souffle. On terminera ce périple en Asie par le Sri Lanka, où je me plait à me perdre dans la jungle avec vue sur les plantations de thé.

Le retour en Belgique n’a pas été évident. Mon amie décide de ne pas continuer l’aventure et de reprendre sa vie de sédentaire mais personnellement je ne suis pas prête à m’arrêter. Pas encore… Après un retour aux sources de trois mois, je prépare un long séjour en Afrique. Mais ce nouveau voyage, malgré les mois passés en Asie, me semble par moment effrayant. Après être retombée dans un confort occidental, reprendre la route, et seule qui plus est, en territoire inconnu, me fait douter de moi. Mais je ne me laisse pas démontée par mes craintes. Après tout, certaines périodes de séparation en Asie m’ont donné la preuve que même lorsqu’on voyage seul, on n’est jamais seul !

Je me suis donc remise en mode backpack pour une durée encore indéterminée à travers cet immense continent qu’est l’Afrique.

Démarrant avec Madagascar pendant un mois, j’ai allié découverte et volontariat dans un village traditionnelle. Petite escale de deux semaines ensuite pour faire du wwoofing sur l’ile de la réunion, suivi d’une semaine à partager la vie d’une famille mauritienne via couchsurfing. Je m’envole ensuite pour la Tanzanie, avec 3 semaines de volontariat auprès d’une école maternelle près de Dar Es Salam, 2 semaines dans le nord, près de Arusha, au sein d’une communauté masaï, à enseigner le français aux enfants. J’ai ensuite partagé la réjouissance des préparatifs de noël auprès d’une association pour jeunes filles défavorisées à Mwanza. Puis j’ai repris la route pour le Rwanda et j’ai eu la chance de profiter des fêtes de fin d’année en famille pendant environs 3 semaines. Des vacances en quelque sorte…

Actuellement en Uganda, j’ai réalisé des fresques dans une école au lac Bunyonyi, mais j’ai également eu la chance de partager la vie d’une famille pendant deux semaine dans un eco village. L’idée est de continuer en direction du Kenya afin de retourner ensuite auprès de ma communauté masaï en Tanzanie.

Je ne me lasse pas d’être sur la route. La rencontre, la découverte de nouvelles cultures, le partage,… Tant d’expériences qui vous permettre de mieux apprécier les moindres petites choses qui s’offrent à vous. C’est a ce moment également que vous comprenez que, loin des images tristes et haineuses que nous diffuse les médias hé bien… notre monde est beau, et remplit d’espoir!

Depuis le début de ce voyage, je n’ai jamais été seule, et j’ai la chance de n’avoir eu aucune mésaventure. Mon secret ? Toujours rester positive, même face à l’inconnu !

On me demande souvent comment je peux me permettre de financer mon tour du monde. Les gens me pensent riche comme Crésus. Et pourtant ce n’est pas le cas : je voyage principalement en faisant du volontariat, ou via couchsurfing. Je travail dans des fermes, écoles, orphelinat, Guesthouse, en échange d’un logement et de nourriture. Je prends les transports en commun locaux, pas toujours bien confortable, je mange local dans les petits restos ruraux… Je voyage au plus petit budget. Hors volontariat, j’essaie de ne pas dépasser 10€ par jour pour le logement, transport et nourriture. Et c’est généralement jouable! De l’argent que j’arrive à « économiser », je le réinvestit dans les divers projets sur lesquels je travaille.

Autant j’ai pu profiter de quelques belles visites de sites en Asie lorsque j’étais en compagnie de mon amie, autant le fait de voyager seule ici en Afrique me permet de me consacrer pleinement à la rencontre.

Voyager en tant que volontaire a des avantages et des inconvénients : économie sur le logement et la nourriture, intégration au coeur de la population, découverte de la culture locale,… Contre peu de négatif pour ma part, si ce n’est toujours l’étrange sentiment d’excitation de reprendre la route et la tristesse de la séparation.

Attention, c’est un mode de voyage qui ne convient pas à tout le monde, mais c’est celui qui me plait le plus ! Il faut être apte à s’adapter aux bucket shower et latrines mal odorantes… Manger du riz, ou des patates pendants parfois deux semaines d’affilée matin midi et soir, et se retrouver en morceau apres 12h de voyage dans des bus locaux. Mais c’est ça l’intégration!

Beaucoup de gens me demande pourquoi je ne consacre pas plus de temps à un seul projet ? Parce que ma première idée est de voyager ! Une fois mon objectif atteint si je veux m’intégrer dans un projet local à long terme j’y penserai. Mais pour le moment je veux surtout explorer un maximum avant de me fixer quelque part.

Je vous invite donc a suivre mes aventures sur mon blog:

Http://cynthiachanoine.wix.com/fractalphilosophy, ou en direct via le groupe facebook des âmes voyageuses.